Logiciels libres et enseignement

Favoriser l’usage de logiciels libres et de formats ouverts

Wims[1]

dimanche 2 mai 2004, par Georges Khaznadar

Des logiciels libres accessibles de partout

Des logiciels libres accessibles de partout

SUIVANT >>

Quand j’évoque la possibilité d’utiliser des logiciels libres avec mes collègues, je remarque souvent des réticences. Ces logiciels seraient des choses étranges, réservées aux extra-terrestres, ou à la rigueur aux geeks, au attardés qui ont connu des ordinateurs avec un clavier.

Quand on utilise Internet, on utilise des logiciels libres

Pourtant, mes collègues et moi-même utilisons quotidiennement des logiciels libres, sans même nous en rendre compte, quelle que soit l’ordinateur utilisé, dès que celui-ci se connecte à Internet. Ces logiciels libres invisibles mais largement utilisés se nomment Apache [1], Sendmail [2], qui peuvent représenter quelques 70 à 75 % de parts du « marché » dans certaines études. Les pages web qui nous parviennent, les courriels que nous recevons, sont en majorité traités par des logiciels libres.

Internet éducatif

Wims est un logiciel libre de la même sorte, mais dans la catégorie Éducation. Même en n’installant rien sur mon ordinateur de particulier pour cela, le simple fait d’accéder au web me procure un accès à Wims.

Essayez : asseyez-vous, lancez un navigateur web, accédez à http://wims.unice.fr/wims/, vous accédez immédiatement au service Wims maintenu par son auteur Gang Xiao, professeur de mathématiques à l’Université de Nice. Depuis la page d’accueil, le lien « sites miroirs » vous donne une liste officielle d’ordinateurs situés ailleurs (Marseille, Poitiers, Paris, Milan, Valladolid, États-Unis, Chine) où vous trouverez le même service. Wims est un service, qui délivre des pages dynamiques

Les sites éducatifs sur internet sont légion, mais peu d’entre eux sont conçus comme de véritables services. Un site Wims nous permet de réunir des collections d’exercices à faire faire à une classe, de gérer le suivi des élèves, d’organiser des examens, de créer de nouveaux exercices, de publier des cours.

Contrairement aux sites éducatifs de certains centres de formations ou universités, il n’y a pas besoin d’être membre d’un club ou de s’inscrire à une formation officielle pour bénéficier du service. Cela fonctionne beaucoup à l’image de nombreux logiciels libres : l’accès est sans formalité, seulement il n’y a pas de garantie que le service sera maintenu.

Comment prendre une garantie de bon fonctionnement

Le site principal de Wims, http://wims.unice.fr sert à son auteur, Gang Xiao, pour faire passer des examens à ses étudiants. Pendant la durée d’un examen, l’accès des « extérieurs » au service Wims de l’Université de Nice est fortement réduit. C’est normal, la priorité doit être accordée aux personnes qui en ont le plus besoin.

Ouvrez un service Wims chez vous

Comment faire alors pour avoir un service Wims à votre disposition, 24 heures par jour, toute la semaine ? En installant un serveur Wims chez vous.

  • Plan A : si vous avez l’habitude d’installer des paquets de logiciel sous GNU/Linux, il vous en coûtera le temps d’une installation sur votre serveur favori.
  • Mais il y a un plan B : démarrez votre ordinateur avec le cédérom Freeduc-CD [3], celui qui est dans Linux Pratique numéro 21, de janvier-février 2004, et vous avez un serveur Wims simplifié qui fonctionne en moins de trois minutes.

Fiche pratique

Comment faire son choix :

Je dispose d’un serveur, il pourra être dédié

La base est

Red Hat

La base est

Debian

C’est une

autre base

Je veux faire

un serveur neuf

Plan A2

Plan A3

Plan A1

Plan A4

Je veux juste faire une démonstration

En utilisant KNOWIMS

En utilisant Freeduc-CD

Plan B1

Plan B2

  • Plan A1 : installer le paquet Wims avec la distribution source
    Créez un utilisateur wims avec la commande « adduser wims » créez un répertoire /home/wims/download/ Visitez le site principal, http://wims.unice.fr/, suivez le lien vers les sources et récupérez la dernière version de Wims, ainsi que les paquets de modules éducatifs pour les langues que vous désirez (fr, en, es, it, nl, cn pour les modules français, anglais, espagnol, italien, néerlandais, chinois respectivement. Les paquets récupérés seront placés dans le répertoire /home/wims/download/ Changez de répertoire par la commande « cd /home/wims », puis dépliez le paquet source Wims avec la commande « tar xzf download/wims-3.34.tgz ». Lisez soigneusement le fichier README qui apparaît dans le répertoire /home/wims en exécutant pas à pas la suite d’instructions qui y est détaillée.
  • Plan A2 : installer le paquet RPM de Wims
    Gang Xiao met à notre disposition un ensemble de paquets RPM à l’adresse http://wims.unice.fr/download/rpms/, ces paquets ont été testés sur une base Red Hat. Lors de l’installation de ces paquets par la commande « rpm -Uvh nom-du-paquet.rpm », vous recevrez probablement des messages vous indiquant que tel paquet dépend de tel autre. Installez en priorité les paquets de plus base niveau. Les dépendances seront gérées manuellement, dans la mesure où la structure du dépôt RPM ne permet pas l’usage de commandes plus évoluées.
  • Plan A3 : installer le paquet Debian de Wims
    Le système APT de la distribution Debian gère automatiquement les téléchargements et les dépendances quand on lui indique des dépôts de paquets valides. Un paquet wims existe dans la distribution instable de Debian. Pour le mettre en place sur un serveur déjà constitué sur une base Debian Sid (instable), il suffit de taper la commande « apt-get install wims », suivie de « apt-get install wims-modules-fr » pour les modules français. Un paquet non-officiel wims existe, maintenu pour l’association OFSET qui a fourni le cédérom Freeduc-CD. Ce paquet est adapté à la version testing de Debian. Pour le mettre en place sur un serveur déjà constitué sur une base Debian Sarge (testing), assurez-vous que la ligne suivante existe dans le fichier /etc/apt/sources.list, sinon ajoutez-la à ce fichier : « echo « deb ftp://freeduc.linuxtag.uni-kl.de sarge main » >> /etc/apt/sources.list », mettez à jour la base de donnée des paquets par « apt-get update », puis récupérez le paquet wims et les autres paquets qui y sont liés par la commande « apt-get install wims », suivie de « apt-get install wims-modules-fr » pour les modules français.
  • Plan A4 : créez un serveur Wims dédié sans peine

Si vous pouvez dédier une machine au seul service wims, vous pouvez obtenir cette fonctionnalité en utilisant le cédérom KNOWIMS basé sur Knoppix, que Gang XIAO propose au téléchargement depuis le site http://wims.unice.fr/wims/. Une fois le cédérom lancé (il faut booter avec le cédérom), vous disposez d’une commande qui permet l’installation d’un service web en utilisant le disque IDE principal.

  • Plan B1 : lancez un service Wims local temporaire à l’aide de KNOWIMS

Le cédérom KNOWIMS offre un service wims accessible à http://localhost/wims/. Si vous prenez la peine de configurer l’accès au réseau local (la commande « netcardconfig » est adaptée pour cela), ou si par chance un service DHCP présent sur le réseau local a permis à la machine bootée sous KNOWIMS de disposer de son adresse IP automatiquement, le serveur Wims devient accessible depuis toutes les autres machines du réseau local à l’URL http://adress-ip-du-serveur/wims/ (il faut connaître l’adresse IP du serveur Wims). Le service est complet, il a été peaufiné par les soins de son auteur.

  • Plan B2 : lancez un service Wims local temporaire à l’aide de Freeduc-CD

Si vous avez le numéro 21 de Linux Pratique, vous avez ce cédérom. Il met en place un service Wims de la même façon que le cédérom KNOWIMS, cependant, certaines options, comme la gestion de classes virtuelles, et l’outil Modtool, ne fonctionnent pas. Ce n’est pas forcément très gênant, sachant qu’une classe virtuelle qui n’existerait que dans la RAM d’une machine et s’évanouirait à chaque coupure de secteur n’aurait que peu d’intérêt. À côté de cet inconvénient, Freeduc-CD offre l’avantage de fournir une quarantaine d’applications pédagogiques.

Notes

[1Voir le dernier décompte réalisé par netcraft.com, à http://news.netcraft.com/archives/w...

[2Les développeurs de Sendmail revendiquent une part importante du marché des agents de transport de courrier (Mail Transport Agents, MTA), voir http://archive.infoworld.com/articl...

[3Il est possible de se procurer la dernière version du cédérom Freeduc-CD auprès de l’association OFSET : http://www.ofset.org/

Recherche avancée