Logiciels libres et enseignement

Favoriser l’usage de logiciels libres et de formats ouverts

Accueil > Multimedia > Musique et audio > Muse, Hydrogen et les plugins LADSPA

Muse, Hydrogen et les plugins LADSPA

vendredi 4 mars 2005, par Yves Potin

- Auteurs : l’équipe de développement Licence : GPL Langues : nombreuses, traduction encore partielle en français. Environnement requis : Jack, QT

  • Site web : http://www.hydrogen-music.org/ (des kits de batterie sont disponibles en téléchargement sur le site http://hydrogen.sf.net/).
  • Version testée : 0.9.1 Un didacticiel complet, en français, est fourni avec Hydrogen. Accessible dans la rubrique d’aide du logiciel, il décrit un cas pratique de mise en place de la partie de batterie d’une chanson.

Ce didacticiel prolonge ce que nous avons mis en place dans le précédent article à propos de MuSE et Fluidsynth. Nous allons maintenant intégrer une boite à rythmes spécialisée extérieure à MuSE, un nouvel orgue avec un autre synthétiseur virtuel et nous ajouterons des effets LADSPA aux différents instruments de notre séquence. Nous enregistrerons notre travail dans le didacticiel suivant au moyen du magnétophone numérique Ardour.

Ces didacticiels sont disponible en un seul document, la Musique Assistée par Ordinateur, au format PDF ou OOo Writer :

MAO.pdf
Les trois didacticiels en un seul document
MAO.sxw
Version modifiable pour OOo









Présentation générale

Hydrogen est une boîte a rythmes versatile et autonome dont l’interface correspond aux habitudes des utilisateurs en matière de saisie de patterns rythmiques : la saisie de notes, la quantisation, l’affectation de touches du clavier et évènements MIDI aux instruments et l’édition de drumkits sont on ne peut plus classiques et permettent ainsi a chacun de prendre en main ce logiciel de manière immédiate. Cependant, hydrogen présente des fonctionnalités intéressantes qui en font un composant intégré au « home studio informatique libre » que nous sommes en train de mettre en place :

  • mixage très fin instrument par instrument
  • intégration à Jack et aux drivers ALSA
  • compatibilité avec les plugins LADSPA qui permettent d’assigner des effets spécifiques à chaque composant de la batterie
  • édition poussée des drumkits, facilité d’installation de ceux ci

Il est tout à fait possible de travailler dans le drum editor de MuSE alors que la sortie audio se fait dans Hydrogen. Cette interface est accessible par un simple clic droit sur une part de batterie dès lors que la piste est définie comme telle et non comme piste MIDI.

Pré-requis de cet article

Ceux de l’article précédent, avec en plus l’installation d’Hydrogen, de Jack Rack et des principaux plugins LADSPA. Dans Debian, apt-get install hydrogen jack-rack suffira amplement par le jeu des dépendances, suivi d’apt-cache search ladspa pour rechercher des plugins complémentaires s’il n’y en a pas assez :).

Intégration d’Hydrogen dans MuSE

Si nous reprenons notre travail sur la séquence de Firth of Fifth, de Genesis, peut être disposons nous d’un drum kit très proche des sons de Phil Collins. Il serait intéressant d’en profiter, et de pouvoir mixer convenablement la batterie et lui assigner des effets spécifiques instrument par instrument. L’import d’un kit de batterie se fait par le biais du menu Fenetres / show drumkit manager.

En reprenant notre travail, nous disposons toujours de MuSE branché dans Jack qui envoie ses sons, dont pour le moment la batterie, à Fluidsynth. Lançons Hydrogen tout simplement depuis les menus de l’interface graphique, il apparaît immédiatement dans qjackctl et se branche tout seul sur l’entrée ALSA. Si tel n’était pas le cas, il suffit de définir le système audio (Jack) dans le menu Fichier / Préférences d’Hydrogen.

Deux manipulations sont nécessaires pour affecter la batterie à Hydrogen :

Dans MuSE, Settings / Midi Ports - Soft Synth, on retrouve l’affectation des sons à Fluidsynth. Il suffit d’affecter le deuxième port, instrument generic midi, au périphérique hydrogen.

Fenêtre principale de MuSE, dans la liste des pistes en colonne centrale, affecter la piste de batterie (canal 10) sur le port de sortie Hydrogen.

On doit voir tout de suite le voyant « MIDI in » d’Hydrogen clignoter et bien entendu entendre le résultat :), la batterie étant maintenant gérée par cet instrument externe. On peut réaliser quelques tests en passant cette piste en solo dans MuSE (un clic dans la colonne S) et en activant une boucle de quelques mesures (le clic du milieu dans la barre des mesures, en haut de la fenêtre des parts, fixe le début de la boucle visualisé par une barre transversale bleue et la fin de boucle est défini par un clic droit. Le bouton gauche déplace la position actuelle de la tête de lecture. La boucle s’active au moyen du bouton idoine dans la barre d’outils de la fenêtre principale ou des éditeurs).

L’accès à la table de mixage des divers instruments de la batterie est immédiat dans Hydrogen, comme le montre cette capture d’écran :

Les plugins LADSPA

  • Auteurs : nombreux, Steve Harris, Mike Rawes, etc...
  • Site Web : http://www.ladspa.org/ qui présente et recense ces nombreux plugins. La plupart sont intégrés à Debian et Agnula sous forme packagée (apt-cache search ladspa).
  • Licence : GPL
  • Environnement requis : Jack, aucune interface graphique homogène, les plugins étant appelés par les applications compatibles.

Ces plugins se rendent vite indispensables tant ils offrent des fonctionnalités nombreuses et confortables ; il s’agit schématiquement d’une gigantesque boite à effets : delays, reverbs, chorus, phasers, flangers, distorsions, equiliseurs graphiques et paramétriques, filtres passe bas et passe haut, amplificateurs, etc etc. Il n’est pas possible d’en donner une liste exhaustive.

Les logiciels audio normalement constitués sont capables d’intégrer seuls le pilotage de ces plugins qu’ils détectent automatiquement (ainsi, plus de 160 sont vus au lancement d’Audacity), en proposant à l’intérieur d’eux mêmes une interface de pilotage de telle ou telle reverb, chorus, etc...

Dans Hydrogen, la table de mixage comporte trois boutons dans la colonne de droite : Mix, FX et Peak. On affectera de cette manière un effet spécifique à la caisse claire (par exemple un équaliseur paramétrique) : sélectionner celle ci par un clic gauche dans sa colonne, puis appuyer sur le bouton FX. La table de mixage laisse la place à une fenêtre de contrôle des effets permettant de les choisir, de les paramétrer et de les activer. Ensuite, revenir à la table de mixage principale : les 4 petits boutons au dessus du volume de l’instrument permettent de contrôler le niveau de l’effet. Tout cela est clairement détaillé en français dans la documentation d’Hydrogen accessible à l’intérieur du logiciel par le ? qui appelle l’aide dans la barre de menus.

Nous allons faire quelque chose de plus complexe : assigner une reverb spécifiquement à la caisse claire, sachant que pour une raison mystérieuse les reverbs LADSPA ne sont pas accessibles à l’intérieur d’Hydrogen. Il sera certainement nécessaire de raffraichir l’assignation MIDI d’Hydrogen à l’intérieur de MuSE si le son disparait (comme d’habitude, Settings / MIDI Ports - Soft Synth).

Hydrogen : Fichier / Préférences, Système audio, activer la sortie des pistes. Ces sorties doivent apparaître dans l’interface de qjackctl. Identifier le numéro de la sortie audio de la caisse claire dans la table de mixage d’Hydrogen.

Jackrack : lancer cette interface de pilotage des plugins, elle apparaît dans Jack. Ajouter / Simulators / Reverbs / Gverb : la reverb apparaît à son tour dans Jack.

Qjackctl, onglet audio : brancher la sortie de la piste de la caisse claire sur l’entrée de Jackrack. Puis très logiquement brancher la sortie de la reverb sur l’entrée ALSA. Raffraichir éventuellement ce qui a besoin de l’être dans MuSE. La capture d’écran montre la plupart du schéma, mis a part les sorties d’Hydrogen, très nombreuses, qui sont repliées.

Et voila :). On peut maintenant jouer avec cette reverb qui offre de nombreuses possibilités.

Sortir un synthé virtuel de MuSE et traiter son signal de manière autonome

Comme on l’a vu, les applications interagissent elles mêmes avec les effets LADSPA. Nous allons donc, à l’intérieur de MuSE, prendre une piste, lui affecter un nouveau synthé virtuel et router sa sortie audio de telle sorte que seul ce nouveau synthé, un orgue, soit affecté par tel ou tel effet, à l’intérieur de MuSE ou dans Jackrack.

Dans la séquence de Genesis que nous avons choisie, un instrument ressort particulièrement, c’est l’orgue de Tony Banks. Commençons par lui affecter un synthé virtuel spécifique, intégré à MuSE, exactement de la même manière que pour Fluidsynth mais en ajoutant une instance de l’orgue. On dispose d’une interface graphique en cliquant sur le petit bouton GUI (graphical user interface) avec laquelle on ajustera le son de l’orgue.

Ensuite créons une nouvelle sortie audio dans MuSE, il s’agit d’une piste spécifique : Edition / Ajouter piste / Add Audio Output. Faire remonter dans la liste cette piste avec la piste d’orgue, elles ont du apparaître tout en bas de la colonne. La piste d’orgue, lorsqu’on la sélectionne, affiche une nouvelle colonne à gauche : son mixage, l’affectation des effets et les options de routage du signal. Affectons la sortie de cette piste à notre nouvelle sortie Audio 2 en maintenant le clic sur le petit bouton oR (output routing) tout en bas de cette colonne : dévalider la piste 1 et valider la piste 2. Sélectionner ensuite la piste MIDI d’orgue, lui affecter l’orgue comme port de sortie. Et bien entendu, ne pas oublier de brancher cette nouvelle sortie audio sur les entrées ALSA dans qjacktl. Le résultat doit être audible : on peut mixer l’orgue de manière séparée du reste des instruments, gérés par Fluidsynth, et de la batterie, prise en charge par Hydrogen.

Il est possible d’affecter deux effets à l’orgue pour terminer, l’un à partir de MuSE, l’autre extérieur piloté par Jackrack.

Les effets dans MuSE sont gérés dans la colonne de mixage des pistes de périphérique (pour nous l’orgue), par clic droit / nouveau sur l’un des quatre carrés « empty ». Il suffit de choisir l’effet dans la fenêtre qui s’ouvre en proposant tous les plugins LADSPA disponibles, puis de régler cet effet dans la petite fenêtre de contrôle des paramètres, ici un flanger.

Enfin, ajouter un chorus autonome depuis Jackrack : ajouter un canal dans Jackrack (attention, cet ajout fait disparaître les plugins déjà définis, pour nous ceux de la boite à rythme qu’il faudra reparamétrer et brancher à nouveau dans Jack). Brancher la seconde sortie audio de MuSE sur les entrées 3 et 4 de Jackrack qui viennent d’apparaître dans qjackctl, puis logiquement la sortie audio correspondante dans l’entrée d’ALSA. On peut dès lors s’amuser avec le chorus sur l’orgue, rajouter des effets, modifier leur ordre (avec les petites flèches de part et d’autre de la croix de fermeture) , mixer le signal, etc etc...

Dans le didacticiel suivant, nous apprendrons à enregistrer tout cela avec la station de travail Ardour.

Recherche avancée