Logiciels libres et enseignement

Favoriser l’usage de logiciels libres et de formats ouverts

Sketch

mercredi 31 mars 2004, par Yves Ceccone

- Auteur : Bernhard Herzog

  • Licence : GPL
  • Langues : Anglais, Français, Espagnol, Allemand
  • Environnement requis : Linux : GTK
  • Site web : http://www.skencil.org/
  • Versions testées : 0.6.8 et 0.7

Note : cette documentation concerne une ancienne version d’un logiciel qui se nomme maintenant Skencil.

Qu’est-ce que Sketch ?

Sketch est un logiciel de dessin vectoriel, c’est à dire qu’il utilise pour représenter une forme, un cercle par exemple, une formule mathématique, alors qu’un logiciel comme Gimp, dit bitmap, utilisera des points (pixels).

Les avantages du vectoriel par rapport au bitmap sont : le poids des fichiers qui sera plus faible, et la possibilité d’agrandissements importants sans différences de rendu (pixellisation) tels qu’on peut en avoir avec une image bitmap.

On ne peut pas par contre réaliser une photo en mode vectoriel, mais il est possible d’intégrer dans Sketch des images bitmap (eps, jpg, gif, tiff ...) et d’importer et d’ouvrir d’autres formats (xfig, illustrator, corel ...).

J%2’ai pu sans difficulté ouvrir et modifier des dessins réalisés sur Illustrator 6, sur Mac, et Illustrator 7, sur PC. Sketch sauvegarde également dans le format Illustrator (.ai).

Sketch est sans doute le meilleur logiciel de dessin vectoriel sous linux en GPL.

Bien sûr certains programmes commerciaux commencent à lui faire sérieusement concurrence mais il garde, malgré une certaine simplicité (qui cache beaucoup de talents) une place importante dans la panoplie du parfait graphiste sous Linux.

Et ceci est encore plus vrai lorsqu’on connaît les futurs développements de Sketch : Rendu lissé, transparence, interface Gtk / Gnome (sur ce point tout le monde n’est peut-être pas d’accord, mais il faut bien faire des choix...)

Remarque : La dernière version stable de Sketch est la 0.6.8 (août 2000), version d’une stabilité exemplaire même s’il n’est pas encore en version 1.0.

Sketch Version 0.6.7 qui utilise le toolkit Tcl/tk pour son interface graphique
Sketch version 0.7.7 (Gtk/Gnome). Vous pouvez apprécier la qualité du rendu antialiasé

Ceux qui connaissent certains logiciels équivalents sous d’autres plates-formes ne seront ni dépaysés ni surpris : palettes flottantes, courbes de Bézier, outil texte, vectorisation, dégradé de forme, masque, etc... sinon d’apprendre que c’est un logiciel libre.

Comme tout logiciel de dessin vectoriel les outils de bases sont :

  • L’outil rectangle - Avec l’outil rectangle, on peut tracer un carré parfait en maintenant la touche « ctrl » enfoncée, et l’utilisation de la touche « shift » permet de tracer un rectangle en démarrant par son centre plutôt que par un coté.

En utilisant les 2 touches « shift » et « ctrl » on trace un carré en commençant par son centre.

En basculant en mode édition, il est possible d’arrondir les angles en tirant sur un point en allant vers l’intérieur de l’objet.

Notez que cet outil ne donne pas directement des objets composés de courbes de Bézier, il faudra pour cela convertir l’objet par la commande « Courbes » > « Convertir en Courbes »

  • L’outil ellipse - Même utilisation des touches « shift » et « ctrl » avec l’outil ellipse, on obtiendra donc un cercle parfait en démarrant le tracé par son centre avec les touches « shift » et « ctrl » enfoncées. Sans ces touches on tracera une ellipse en utilisant un des cotés comme point de départ.

En basculant en mode édition, il est alors possible de créer un arc de cercle à partir d’un cercle en tirant sur le seul point qui apparaît alors.

Même remarque que pour l’outil précédent : Cet outil ne donne pas directement des objets composés de courbe de Bézier, il faudra pour cela convertir l’objet par la commande « Courbes » > « Convertir en Courbes »

  • L’outil de tracé de courbes - L’outil courbe de Bézier permet de tracer des courbes suivant le principe d’un point (ou noeud) et de 2 tangentes par courbe.Ce principe permet de modifier le tracé en changeant l’orientation de l’une ou l’autre des tangentes, ou bien des deux, et bien sûr la position du point correspondant à une courbe sur un tracé.
  • L’outil de tracé de droites - Pour faire des tracés rectilignes, l’outil de tracé de droite crée une ligne entre deux points. Il est possible de contrôler l’angle que fera une ligne par rapport à la précédente en maintenant la touche « ctrl » enfoncée et en « tournant » autour du point précédemment tracé, on peut ainsi choisir un angle par segment de 15°.

La palette « Courbes » :

Cette palette permet entre autres, après transformation en courbe de Bézier d’un cercle ou d’un rectangle, de leur appliquer de nombreuses modifications : couper le tracé, ajouter un point, modifier une tangente...

Exemple d’objet créé à partir d’un cercle (la queue de la poire a été rajoutée avec l’outil courbe de Béziers) :

Remplissage, filets, dégradés...

L’étape suivante dans la réalisation d’un dessin pourra être le remplissage de la forme par une couleur, unie ou dégradée, la modification de l’épaisseur des filets de contour, ou de leur couleur ... pour la réalisation de dessins complexes la palette des calques sera très utile, voir indispensable, voici quelques captures d’outils qui parlent d’elles mêmes :

Ci-dessus la palette couleur et le sélecteur de couleur.

La palette choix et application d’un dégradé et l’édition de dégradé.

La palette choix et application d’un dégradé et l’édition de dégradé.

La palette des calques qui permet de gérer un dessin complexe en couches superposées. La palette permet le verrouillage d’un calque, son masquage, la visualisation en mode trait...

Effets « spéciaux »

En dehors de ces outils de base, sketch propose un outil texte, avec possibilité de vectorisation (transformation d’un texte en dessin) et celle de faire suivre à un texte une courbe, un outil de dégradé de forme, des masques, l’importation de fichiers images ... la liste est longue.

Voici quelques possibilités en image :

L’outil transformation (ou dégradé de forme) en action.
Toujours l’outil transformation pour la réalisation de dégradé surprenants.

Transformation d’une lettre (Y dans la police symbole) en objet puis en courbe de Béziers, couramment appelé vectorisation...
Texte suivant une courbe.
Exemple de masque transparent

Conclusion :

Ces exemples montrent que les possibilités qu’offre Sketch sont très étendues et ce n’est ici qu’un résumé bien incomplet des prouesses réalisables avec ce petit logiciel si peu gourmand en ressources.

Vous trouverez une documentation (dont est tiré ce résumé) en français beaucoup plus complète sur Linuxgraphic à cette adresse : http://www.linuxgraphic.org/section..., cette documentation intègre de nombreux cliparts téléchargeables qui prouvent la puissance et la souplesse de Sketch.

Voici quelques exemples :

Recherche avancée