Logiciels libres et enseignement

Favoriser l’usage de logiciels libres et de formats ouverts

Accueil > Multimedia > Musique et audio > Quels logiciels utiliser pour la musique ?

Quels logiciels utiliser pour la musique ?

dimanche 11 avril 2004, par Yves Potin

Les distributions mentionnées sur cette page permettent de disposer simplement d’un systeme fonctionnel. Toutefois, nous allons préciser quels sont les prérequis, dans la mesure où il est possible de modifier sa propre installation, par exemple une Debian classique, pour profiter de ces logiciels sans passer par une distribution dédiée. Nous présenterons ensuite un logiciel pour chaque fonctionnalité. N’oubliez pas de consulter la page de liens qui recence bien plus de ressources.

La modification du noyau

Un noyau linux adapté est requis pour faire fonctionner les logiciels de manière optimale si l’on désire des performances temps réel (ce qui ne sera pas le cas pour des usages basiques). Le noyau standard n’est en effet pas temps réel de manière satisfaisante, mais les patchs existent et permettent de descendre à une latence de 2,5 millisecondes (au lieu de 100 millisecondes par défaut), faisant de linux la meilleure plate forme avec MacOS X pour ce type d’usage.

Les patchs requis pour Debian sont les suivants : kernel-patch-2.4-lowlatency et kernel-patch-2.4-preempt. Voici un guide complet pour patcher et recompiler le noyau et installer le module temps réel nécessaire au fonctionnement des applications. Cette procédure ne s’adressant pas aux débutants, il est recomandé de passer plutot par planet CCRMA ou Agnula (voir ici) qui proposent un noyau déjà compilé.

La carte son et les pilotes ALSA

Le noyau linux 2.4 est livré avec les pilotes OSS pour les cartes son, qui ne sont pas de très bonne qualité outre que leur version complète n’est pas libre. Il est déconseillé de travailler avec ces pilotes si l’on désire obtenir des résultats de qualité, et d’installer les pilotes ALSA.

Il faut bien entendu une carte son supportée par ces pilotes, une liste de telles cartes est disponible avec, pour chacune d’entre elles, la description de la procédure d’installation.

Il n’est pas possible de conseiller précisément tel ou tel modèle de carte, mais il est tout de meme recommandé d’éviter les chipsets intégrés aux cartes mères, on préférera un matériel de qualité ; éviter aussi les vieilles cartes ISA qui seront très mal reconnues et ne sont plus adaptées. Pour un travail véritablement professionnel, le prix de la carte son représente rapidement la majeure partie du prix d’ensemble de la configuration, en particulier avec un logiciel libre et gratuit comme Ardour qui remplace un magnétophone numérique 24 pistes (voir plus bas).

Jack

Le serveur Jack permet de connecter diverses applications à une carte son, ou de les connecter entre elles. Il permet la communication de données audio à faible latence entre applications, fonctionnant de manière très modulaire, chaque application ayant son interface graphique (sequenceur, boite a rythmes, synthétiseur, etc...).

Il est alors possible, dans la fenetre de controle de Jack, de brancher telle application sur telle autre en toute simplicité et de procéder à un véritable chaînage. Si certaines applications réclament Jack pour fonctionner (comme Ardour ou MuSE), d’autres, qui ne sont pas forcément prévues pour, sont tout de meme vues par Jack qui arrive à les piloter.

C’est en particulier en raison de ce serveur qu’un kernel à faible latence est requis. Bien des solutions propriétaires n’implémentent pas cette fonctionnalité haut de gamme permettant de faire communiquer des applications et partager leurs ressources.

  • La liste des applications peut etre consultée ici
  • Ce diagramme explique le fonctionnement de Jack et Alsa avec Ardour
  • La documentation (hélas en anglais uniquement) détaille le fonctionnement du serveur.

Jack est un développement spécifique à Linux, et reprend une fonctionnalité qui existait dans BeOS. Il a été porté sur Mac OS X par Stéphane Letz du GRAM.

Les applications clientes

L’environnement de travail étant mis en place, voici quelques applications parmi une offre très abondante, chacune de ces applications illustrant plus particulièrement telle ou telle fonctionnalité. Si l’une d’elles demeure muette, n’oubliez pas de la brancher dans jack :)

Le choix de ces logiciels, plutôt que d’autres, résulte de la présentation réalisée à l’IRCAM lors de la journée « Logiciel Libre musical » par Francois Déchelle et Patrice Tisserand, le 23 Octobre 2003.

  • Editeur de son : Audacity, 176 plugins installés.
  • Performance : TerminatorX, un sequenceur temps réel pour « scratcher » sur des échantillons numériques (formats wav, au, ogg, mp3, etc). Basé sur GTK. Un tutoriel en anglais peut etre consulté ici.

  • Sequenceur : MusE, qui ne déroutera pas les habitués du logiciel Cubase. Utilise QT. De nombreuses captures d’écrans figurent sur le site.

Un tutoriel en francais est disponible-sur ce site. La section Short reference de la documentation en ligne explique les manipulations élémentaires.

  • Autre sequenceur : Rosegarden 4, peut etre le logiciel le plus proche de Cubase, très orienté vers la lecture et l’édition de partitions. Un tutoriel très complet est disponible (en anglais).

  • Boîte d’effets : FreqTweak, basé sur WxWindows, permet de triturer le son de multiples manières. Requiert Jack pour fonctionner : on pourra par exemple le brancher sur les sons qui sont scratchés dans terminatorX et injecter le tout dans Ardour. La particularité de FreqTweak est de modifier le son par bandes de fréquences, ce qui est assez rare.
  • Boîte à rythmes : Hydrogen. Le site web de ce logiciel présente une très intéressante gallerie de captures d’écrans montrant l’interopérabilité des applications dans jack. Des « drumkits » sont proposés en téléchargement, de meme que des démonstrations au format ogg. Un tutoriel est disponible en francais, il expose l’interaction davec MuSE. Un autre didacticiel en francais est intégré à la documentation du logiciel.

Station de travail : Ardour est un magnétophone sur disque dur et une station de travail audio numérique pouvant enregister sur 24 pistes simultanément à 48 Khz. Probablement l’application la plus intéressante présentée ici. Quelques captures d’écrans de ce logiciel complexe sont proposées sur le site.

Ce didacticiel en francais introduit aux bases de l’enregistrement dans Ardour et traite de la synchro MIDI avec MuSE (continuité des didacticiels précédents que nous proposons sur ce site).

En anglais, ce tutoriel détaille la prise en mains d’Ardour, tandis que cet autre tutoriel détaille l’interaction de Jack, MusE et Ardour.

Tous ces logiciels sont libres selon les termes de la licence GPL, et offerts aux musiciens et aux enseignants, dans l’esprit de partage de l’innovation et de la création sans lequel la création artistique serait impossible.

Voici maintenant une page de liens renvoyant vers un plus grand nombre de ressources.

Recherche avancée